Menu
sexo

Sexothérapie et Sexologie. EMDR, IMO, Hypnose Thérapeutique et Thérapies Orientées Solution

L’Incestuel, comblement d'un abandon. Ou la logique mort d’un cheval et d’un chien.



Par Clothilde LALANNE


« Qui pourra donner une loi aux amants ? »
Cette sentence médiévale, ici, a tout son sens. Comment ne pas être ému, touché, par cette difficile histoire ; histoire sans issue possible sauf celle de la mort. Etait-ce la seule solution ? Qui pourrait répondre ? Quels pouvaient être les choix autres ? Autre dans le maintien d’un équilibre vivable, psychiquement, socialement, physiquement ?

Au bas de la page 54, qui clôt le récit douloureux, Marie écrit : « Ainsi, on comprendra… enfin, j’espère. » Sainte-Beuve disait : « Dans les critiques que nous faisons, nous jugeons encore moins les autres que nous ne nous jugeons nous-mêmes. »
Mais, allez-vous me demander, de quoi parlez-vous ? De quoi est-il question ?
Du dernier livre de Régine Deforges : « Toutes les femmes s’appellent Marie ».

Marie
Son histoire est celle d’une mère qui se sacrifie pour son fils. Casimir Delavigne disait qua la faiblesse, pour une mère, c’était son extrême indulgence. Elle a fait ce qu’elle croyait devoir faire, et cela force le respect, disait Madame Rosa, directrice de la maison close dont les filles aidèrent une fois Emmanuel.

Marie désire aider, sauver même son fils ou bien se sauver, elle ? Tout au long de ces pages, on entend la révolte et la tristesse, la colère et la rancœur, l’amertume et la violence. Le mari est mort et elle ressent le vide de son corps qui continue à réclamer, à chercher la douceur et la chaleur du corps de l’autre. Mais la mort l’a pris et elle va souhaiter sa propre mort pour tuer ce vide.

« Elle se couchera entre la mort et son amant contre lequel elle collera son corps. » C’est dans cette souffrance qu’elle décida et le jour et l’heure de l’issue. Auparavant, elle raconte. La mort de son mari, personne ne l’avait décidée. Elle a subi, en elle, la mort du mari-amant. Faire le deuil de la présence de son mari ? Comme si un deuil se faisait ! Non, elle n’a pas clos l’histoire, alors elle la continue avec son fils.

« Peu de temps après la naissance d’Emmanuel, Philippe, le père, mourût. » Son fils avait besoin d’elle, mais n’avait-elle pas plus besoin de son fils pour être dans le déni du manque brûlant de son corps ? Le fils, alors, souffre autant que la mère. Il existe des environnements psychotisants ! La femme s’effondre à la mort du mari. Elle ne pardonne pas la mort à la Vie. De quelle mort n’a-t-elle pas fait le deuil ? Comme si elle n’avait pas « d’objet interne ».

Elle ne dit pas grand-chose de son histoire familiale. Nous ne savons donc rien sur sa mère, si ce n’est qu’elle était « autoritaire ». Une mère abandonite qui ne permettait donc pas la rencontre ? Donc, pas de mère ? Etait-ce cet abandon qui effondra Marie à la mort de son mari ? Une mère intrusive, interventionniste jusque dans l’intime, centrée sur elle, au détriment de l’écoute de sa fille qui a dû se sentir bien seule. Abandonnée ? Mais reprenant le terme d’Alice Miller, « c’est pour ton bien ! » devait penser sa mère, elle avait elle-même un passé familial dans lequel elle ne s’était pas sentie reconnue ? Peut-être…

Nous pouvons penser qu’Emmanuel a vécu dans un environnement psychotisant et qu’il y fut sensible. A quel fantasme de sa mère répondait-il ? Schaeffer et Bailey disent avoir observé que l’activité des garçons dans les premiers mois de la vie est directement fonction de la façon dont la mère s’occupe d’eux. Dans quel désir inconscient a-t-il été conçu en Marie, sachant que Philippe, le père, avait été trépané et gazé pendant la guerre et qu’ils s’étaient fiancés juste avant le départ ? Beaucoup d’épreuves ! Et il faut du temps pour « devenir entier ».

Ainsi a grandi Emmanuel. Sa mère le nourrissait avec la même jouissance éprouvée lorsque le père prenait son sein dans la bouche lors de leurs ébats amoureux. Cette jouissance lui donnait la force de vivre. Sa pulsion de vie sortait de cette jouissance ? Celle-ci avait donc une fonction personnelle très particulière. Il grandissait. Elle le nourrissait toujours. Bien sûr au-delà du concevable, du tolérable ! Il imposait son désir, n’absorbant rien d’autre. La mère obéissait, même dans la douleur. Là, nous rejoignons la toute puissance de la maladie sur l’entourage. Des constructions mystico-religieuses prenaient place, ainsi que des rendez-vous avec les plus grands, les ténors du monde médical. Le diagnostic tombe : « Son lien avec le monde se réduit à sa mère. Les séparer équivaudrait à les tuer. »
Marie se résigne. Mais comment continuer ?

Emmanuel
Emmanuel ne parlait toujours pas, ne s’exprimant qu’avec des grognements. Ses premiers mots furent pour son chien. Il allait avoir 15 ans. Et pour cet anniversaire-là, Marie lui offrit un cheval. « Emmanuel le montait à cru, faisant corps avec sa monture. L’été, il le chevauchait nu. »

Des pulsions sexuelles, des désirs impérieux commençaient à se manifester, tandis qu’il refusait toujours toute autre nourriture que le sein de sa mère.
« Ensemble, nous nous suffisons, et nous n’avons besoin de personne. »
« Ensemble et soudés, nous triompherons de tout. »
« Si tu me quittes, je me meure. »

C’est le credo narcissique dont parle Racamier : sur toute relation narcissique interminable existe la menace de mort et se profile la promesse de l’inceste.
Le sexe d’Emmanuel devenait dur pendant la tétée. Marie avait peur. Un jour, l’homme – Emmanuel se dressa face à la femme, Marie –, impérieux – lui, dans son besoin, elle dans son manque. Il lui renvoie sa propre souffrance, son vide narcissique. « Qu’allons-nous devenir ? » Eviter le drame : l’asile pour lui, la prison pour elle.

Essayer la maison close de Madame Rosa ? Oui – Marie connaît la jalousie pour la première fois. Il revient de cette expérience avec de nouveaux jeux érotiques. « Maintenant mon fils mangeait de tout, et buvait même un peu de vin. » « Bientôt, je me rendis compte que j’étais enceinte. »

La mort
« C’est décidé, ce sera pour aujourd’hui. »
Woody Allen disait que « la différence entre le sexe et la mort, c’est que mourir vous pouvez le faire seul ». Même faire mourir.
Aucune autre solution possible. L’incestuel se transformait en inceste. Leur sexualité était liée à l’abandon et à la mort. La rage incestuelle avait agi. Le pouvoir narcissisant était en marche, créant une relation anormale.

Avec son âge mental, que l’on disait de 4 ans, Emmanuel avait senti ce qui allait se passer. Il est allé lui-même tuer le cheval et le chien avec l’arme de son père. Tout était logique. Le poison fit le reste.

Lire la suite

Dossier : “La prostitution“
“Prostitution intra-familiale. Famille banale ou banale maltraitance ? Anne-Catherine PERNOT-MASSON
Que nous raconte la prostitution sur le sexe et l'amour ? La prostitution comme excitant imaginaire. Patrick WIRTZ
Quand l'argent brûle les doigts... Et que le corps monnayé devient un "plus". Elsa FAYNER
Qu'est- ce que vend le ou la prostitué(e) ? Prostitution et dignité. Robert NEUBURGER
Du réfrigérateur à la cocotte... Ou quel singulier visage de la prostitution. Géraldine FRANZETTI
Comportements sexuels des prostituées : pratiques, prévention et soins. Que nous dit actuellement le regard de "ESPACE P belge" ? Cécile CHERONT
Du plus "petit" au plus "grand": sublimation d’infirmité par le nu. Clothilde LALANNE
Prostituées et courtisanes dans la Venise de la Renaissance. Des canaux aux tableaux. Dimitri STAUSS
Autres sujets :
Santé sexuelle et prévention. Les consultations d’écoute et sexualité, les dimensions de la séropositivité au VIH. Thierry TROUSSIER et Catherine TOURETTE-TURGIS
L’ocytocine, hormone de l’attachement ? Des idées reçues sur la sexualité sous couvert de science. David SIMARD
Du soma au psyché, approche du vaginisme par une kinésithérapeute. Alice GOSCHIN
Rubriques :
SEXOMEDIAS : de l’art ou du cochon ? Dominique DERAITA
EDUCATION SEXUELLE : Madame, comment on sait qu’on est amoureux ? Catherine LEBOULLENGER
HISTOIRE DE LA SEXUALITE : Jansénisme et sexualité. Pierre André BIZIEN :
ART LITTERATURE : Quand le diable s’invite dans l’art lyrique… Michel FEBVRE :
UNESCO : chaire de santé sexuelle et droits humains. Thierry TROUSSIER et Alain GIAMI
CINEMA : La perversité dans les films de François Ozon. Jean Gérald VEYRAT

Hannah TEBOUL
Sexothérapie, Praticienne en Hypnose Thérapeutique, Thérapeute EMDR IMO à Paris, Assistante de... En savoir plus sur cet auteur
Rédigé le Samedi 16 Décembre 2023 à 21:30 | Lu 440 fois

Tags : Inceste

Nouveau commentaire :

Revue Sexualités Humaines | Parole de Sexothérapeute | Cabinets de Consultation